Les Jeux Paralympiques : naissance, objectifs & actus

Comme nous le savons, les Jeux Olympiques auront lieu à Tokyo en 2020. Juste après cet événement planétaire aura aussi lieu dans la même ville une autre compétition d’envergure, les jeux paralympiques. Cette manifestation sportive reçoit chaque année de plus en plus d’athlètes venus des 4 coins du monde. Petit retour donc sur ces jeux et leur histoire.

Naissance des Jeux paralympiques

Si depuis 1988 les jeux Olympiques et les jeux Paralympiques ont lieu dans la même ville à la suite l’un de l’autre, les choses n’ont pas toujours été comme cela.

En effet, la compétition a une histoire beaucoup plus récente que les fameux J.O. On doit donc cet événement sportif à Sir Ludwig Guttman. Ce médecin neurologue décide après la deuxième guerre mondiale, plus exactement en 1948, de créer les premiers « Jeux mondiaux des chaises-roulantes et des amputés », "World Wheelchair and Amputee Gates", dans l’hôpital où il officie : l'hôpital de Stoke Mandeville près de Londres.

Il faudra attendre 1960 pour que la compétition prenne une plus grande importance et devienne plus régulière. Les premiers Jeux Paralympiques d’hiver auront lieu à partir de 1976.

On notera aussi qu’Oscar Pistorius sera l’un des rares athlètes à avoir réussi le prodige de se qualifier en tant que sprinter à la fois aux jeux Olympiques et aux Jeux Paralympiques.


Objectifs des jeux paralympiques

Sir Ludwig Guttman était persuadé de l’efficacité du sport pour aider les patients dans leur thérapie. C’est pourquoi il créé pour les combattants revenus paraplégiques de la guerre ces fameux jeux.

D’ailleurs, le terme « paralympique » est un mélange des termes paraplégique et olympique.

Avec le temps, les jeux Paralympiques prennent une toute autre dimension et s’ouvrent à toutes les personnes ayant un handicap et plus seulement à ceux qui sont amputés ou paraplégiques.

Depuis leurs débuts, les jeux paralympiques ont connu un énorme boum. Si initialement il n’y avait qu’une course et du tir à l’arc, les sports sont aujourd’hui presque tous représentés.


Qui peut y participer

Pour pouvoir y participer, il faut donc soit être physiquement handicapé à comprendre : tétraplégique et paraplégique, amputé, myopathe, soit avoir un handicap visuel donc être aveugle ou malvoyant, soit avoir un handicap mental.

Dans le cas des handicapés mentaux, ce n’est que très récemment, plus exactement en 2012, qu’ils ont eu le droit de reparticiper aux jeux. En effet entre 2004 et 2012, ils avaient été exclus des jeux à cause de certaines tricheries des pays ayant mal classifié les handicaps. Cela dit, ils avaient la possibilité de faire les Jeux Olympiques spéciaux qui contrairement aux jeux paralympiques ne sont pas solidaires des jeux Olympiques.

Les sourds et mal entendants n’ont eux pas le droit de participer aux jeux. Si l’on peut comprendre qu’une personne mal entendante dispose des mêmes qualités sportives qu’un athlète lambda, on peut se demander pourquoi les personnes complètement sourdes n’y ont pas droit en sachant que les sourds peuvent, de par leur condition, avoir des problèmes d’équilibre et qu’il s’agit d’un vrai handicap. Cependant, la raison vient probablement du fait que les sourds et mal entendants ont déjà une compétition qui leur est intégralement consacrée les Deaflympics.


Et la France dans tout ça

Depuis 1960, date des premiers jeux, le nombre d’athlètesa augmenté de manière très significative puisqu’ils sont passés de 400 athlètes représentant 23 pays à Rome, à 4350 athlètes représentant 176 pays à Rio en 2016 et cela uniquement pour les jeux d’été.

Les jeux Paralympiques d’hiver sont eux passés de 250 athlètes en 1976 en Suède à 670 en 2018 en Corée.

Parmi tous ces sportifs, la France a particulièrement brillé en 1988 et en 1992 en arrivant 4éme du classement en termes de médailles. Elle reviendra en effet avec respectivement 140 et 106 médailles.

Sur les jeux Paralympiques d’hiver, la France se fera particulièrement remarquer en 2006 et 2018, nos sportifs reviendront avec 20 et 15 médailles toute disciplines confondues.


Il est à noter qu’à l’heure d’aujourd’hui, les jeux paralympiques d’été sont beaucoup plus suivis et développés que ceux d’hiver. Cependant, on peut constater que petit à petit les choses se mettent en place. Il faut donc attendre encore un peu.

Retour
Autre contenu