Les résultats au détriment du développement ?

Y a-t-il une compatibilité entre la compétition et le développement ? Victoire, gagner… tant de mots dans la bouche de nos entraîneurs qui laissent apparaître un doux mirage dans la tête de nos jeunes. Il est vrai qu’on prendra plus de plaisir dans la victoire à court terme mais lorsqu'on réfléchit sur le long terme, est-ce légitime ?

Le goût du Succès


La victoire est un sentiment légitime et important aux yeux des enfants. Les enfants ont été éduqués avec cette notion de réussite et de classement. D’ailleurs, l'humain n'est-il pas sans cesse en train de se comparer dans la vie de tous les jours (argent, salaires, voitures…) ?

C'est dans notre ADN malheureusement.

 

L'arrivé des compétitions chez les jeunes fait que les éducateurs veulent bien figurer et au lieu de former des joueurs de football, forment des compétiteurs ! On leur apprend à gagner peu importe la notion de jeu. On retrouve d'ailleurs des U11 qui gèrent les matchs, cassent le jeu, jouent avec les nerfs de l'arbitre à force de contester et un coach pas en reste puisque lui aussi ne donne pas forcément le bon exemple... bref nous sommes bien loin des standards d'apprentissage du jeu.


D'ailleurs, certains clubs désireux d'être visibles aux yeux de tous ne s'en cachent même pas en proclamant des U11 régional ou même des U11 national... l'idée reçue, c’est l'élitisme...

Quand on peut voir des compétitions nationales en U11 ou en U13, on peut théoriquement se demander si les fédérations ne sont pas à côté de la plaque...


Un exemple concret : lors d’une coupe nationale U13, diffusée et mise en avant, une équipe est arrivée avec des gabarits hors normes. Quelques beaux morceaux qui atteignent les 1M80 sans problèmes, cette équipe sans forcément un jeu exceptionnel a complètement aplatit la compétition tant la différence athlétique était flagrante. Attention on ne blâme pas les joueurs qui sont en avance mais plutôt l'utilisation de ces gabarits. Un joueur qui fait 20cm et 15 kilos de plus que les autres et qui a déjà une morphologie d'homme ne peux que rigoler sur les terrains : je pousse, j’accélère, je frappe du milieu de terrain... bref on devrait à ce titre réfléchir du côté de la Fédération au Biobanding.


Une idée encore plus parlante sur nos centres de formation qui vont recruter des joueurs à la morphologie d'homme à 13 ou 14 ans dans le but de pouvoir maintenir leurs équipes dans les championnats nationaux. Une fois arrivés à la fin des belles années où ils faisaient la différence et que tous les jeunes font maintenant leurs tailles, ils disparaissent dans des sous divisions car eux n'ont pas progressé. Cela concerne encore certains clubs mais la réalité est là…

 

Je me rappelle lorsque je jouais en U15 National, nous tombions sur des sacrés morceaux, nous qui étions de taille moyenne avec des qualités athlétique de l’âge. Nous avions joué contre une équipe du 91. Dans le jeu, nous faisions armes égales, par contre ils avaient 2 bébés devant plus d'un 1m85 80-85 kilos. J'avais l'impression que nos défenseurs rebondissaient sur eux ! L'équipe adverse balançait des grands ballons devant, et résultat 7.1 en faveur de l'équipe adverse, 7 buts pour les attaquants. D'ailleurs 2 mois plus tard, il signa en Angleterre avec une carrière plutôt marginale derrière.

Et la place du développement ?


Malheureusement, le développement des joueurs pend du temps : certains grandissent à leurs rythmes et développent des capacités parfois plus tard, certains sont laissés de côté et arrivent pourtant avec un bagage beaucoup plus intéressant...

La politique technique des clubs doit vraiment être axée sur ce développement. Certains clubs pros ont d'ailleurs commencé à réfléchir à ce problème dans le recrutement et l'identification des qualités des jeunes notamment l'intelligence, la rapidité d’exécution, la capacité à répéter les efforts, le mental… bref des capacités qui autrefois n'étaient pas forcément pris en compte. On parlait plus de capacités athlétiques, avec un profil de grand costaud qui va courir vite et longtemps...

 

Bref, on n’occultera jamais le résultat car il fait partie de nous. Néanmoins, il va peut-être falloir aborder l'avenir du football en mettant en avant une pensée différente pour que tous les jeunes puissent s'exprimer sur le terrain et que le jeu concerne l'ensemble d'un groupe et pas seulement focaliser sur un ou deux joueurs.

 

SI vous avez des joueurs en avance, rendez leur service, surclassez-les. Si vous avez des joueurs en retard, ne les laissez pas au bord de la route car bien souvent vous les retrouverez un peu plus tard. Chaque enfant est différent et si on omet la compétition, un enfant apprend quand il a l'impression de travailler. Si cela devient trop facile il fournira moins d'efforts.

Retour
Autre contenu