Les coachs femmes d'équipes d'hommes : qui sont-elles?

C’est probablement dans le sport que l’on trouve les moments les plus intenses, les victoires le plus inattendues, les solidarités les plus fortes. Et depuis quelques années, on constate aussi que le sport est pour la modernité et casse les codes. Voici le portrait de trois femmes qui ont coaché des équipes d’hommes là où on ne les attendait pas.

 

Corinne Diacre


Commençons par de la pure fierté patriotique avec notre très chère entraîneuse en chef de l’équipe de France féminine de football, qui a d’ailleurs réussi à arriver en ¼ de finale face aux championnes du monde, les américaines. N’est autre que la première femme entraîneuse d’une équipe d’hommes en France, soit Corinne Diacre. Cette femme, qui est souvent décrite comme ayant un très fort caractère et qui s’était illustrée en tant que joueuse, avait mis un terme à sa carrière à cause d’un accident des ligaments croisés. Sa première saison en tant qu’entraîneuse d’une équipe de football masculine se soldera par la 12ème place du classement de L2 pour l’équipe, qui n’avait pas obtenu cette place depuis une dizaine d’années. Elle sera aussi nommée meilleure entraîneuse de la L2 en 2015 et a presque réussi l’exploit d’amener son équipe en L1. Elle laisse un fort souvenir auprès des joueurs, plus pour son tempérament trempé que pour le fait que ce soit une femme.


Salma al-Majidi

Restons encore un peu dans l’univers du foot, au Soudan cette fois-ci où une jeune femme de seulement 27 ans au moment de sa nomination a brisé les barrières et les codes pour devenir entraîneuse. Salma al-Majidi a réussi à se faire une place dans un monde d’hommes assez conservateurs. Le Soudan ne dispose pas à l’heure actuelle d’équipe féminine, et pourtant la jeune femme compte bien militer pour permettre à son pays d’évoluer sur ce point. Reconnue comme l’une des 100 femmes qui inspirent d’après la BBC en 2015, elle a aussi réussi à gagner le respect de la profession, des joueurs et des supporters. Elle a même un petit surnom bien connu de « Sister coach ». Rappelons qu’il s’agit d’un vrai poste avec un contrat officiel, où pour la première fois de l’histoire du Soudan une femme touche le même salaire qu’un homme.

Justine Siegal

C’est en 2015 qu’officiellement, Justine Siegal devient la première femme de l’histoire à entraîner une équipe de baseball de ligue majeure. Elle détenait auparavant la position de première femme de l’histoire à avoir dirigé une équipe de baseball en 2009. On peut donc dire que cette féministe qui se bat pour l’égalité des sexes dans le sport est une pionnière dans le baseball. La jolie blonde, qui a contribué à créer l’association de « baseball for all », une association destinée à promouvoir le baseball pour tous et surtout pour les jeunes filles, est loin d’arrêter là son ascension dans le milieu sportif.


Audrey Zitter


Cette entraîneuse de rugby, bien que diplômée d’un Brevet d'État d'éducateur sportif 1er et 2e degré de rugby à XIII en 2001 et 2006, fera particulièrement parler d’elle en 2009. Cette année-là, elle devient purement et simplement la première femme « entraîneur » d’une équipe masculine senior en France. Sa réputation dépasse même les frontières et elle sera citée comme exemple dans un grand nombre de pays. Pourtant, ce petit bout de femme (seulement 1m74) n’a jamais prôner la suprématie de la femme et n’a pas vraiment milité dans des causes féminines, elle préfère se concentrer sur la réussite et le mérite. Il est aussi à noter qu’elle se trouve être la seule femme conseillère technique de la Fédération Française de Rugby à XIII, qui est rattachée au ministère des Sports.


Le monde du sport évolue de plus en plus vite afin que les femmes y trouvent une place plus à la hauteur de leurs capacités qu’à la hauteur des stéréotypes. On peut citer des noms qui se font peu à peu entendre, comme Brigitte Affidehome Tonon, première femme entraîneuse de l’équipe de basketball du Bénin, Becky Hammon, entraîneuse adjointe à la NBA. Bref, affaire à suivre...



Retour
Autre contenu