La musculation pour les jeunes joueurs de foot, bonne ou mauvaise idée ?

Il existe encore aujourd’hui, trop de personnes qui pensent que la musculation chez l’enfant peut stopper ou du moins interférer sa croissance. Mais avec les nouvelles études et recherches menées auprès des sportifs, on peut se demander si ce fait est oui ou non avéré. Alors petit retour sur ce qu’il faut savoir sur le domaine.

Stop aux idées reçues

L’idée que la musculation est mauvaise pour la croissance émerge dans le début des années 80. Elle est propagée par ceux qui s’appuient sur le fait qu’avant la fin de la puberté : « Os et tendons sont beaucoup plus fragiles durant cette période. Avec un entrainement intensif, nous risquerions de fragiliser ces parties du corps, ce qui créerait des problèmes de croissance. »

Cependant, il y a deux faits qui ne sont pas pris en compte dans cette affirmation. Dans un premier temps, il ne faut pas confondre, surtout lors d’entraînement de foot, musculation avec haltérophilie ou bodybuilding. En effet, le foot ne rime pas forcément avec « lever d’haltères ».

Deuxième fait mis en lumière par de nombreuses études notamment celles réalisées par l’Académie Américaine de Pédiatrie en 2008, c’est justement parce qu’ils sont plus fragiles qu’il est nécessaire de mieux les protéger grâce justement aux muscles. Dans le foot, les sollicitations des articulations et les risques de chutes sont fréquents. Il est donc nécessaire de tout mettre en œuvre pour éviter les fractures, entorses et autres maux liés au sport.


Pourquoi est-ce bon de proposer un renforcement musculaire à un jeune footballeur ?

Parmi les effets de la musculation que l’on peut constater chez les jeunes joueurs, on s’aperçoit que ceux qui pratiquent régulièrement des exercices, sont :

  • Plus résistants au niveau des articulations et des tendons.
  • Disposent d’une ossature plus résistante
  • Développent les capacités motrices
  • Permettent de contrôler les risques d’obésité juvénile
  • Permettent d’obtenir un meilleur équilibre

Mais on peut aussi constater des effets positifs sur le plan mental et l’apprentissage de la vie. Les enfants qui suivent un programme de musculation adapté sont généralement plus confiants face à leur potentiel, apprennent rapidement à vouloir se dépasser, la musculation permet aussi d’acquérir plus de force et de ressouder les liens au sein d’une équipe.


Les précautions à prendre avant de se lancer

Bien que de nombreux exercice existent, il est important de prendre quelques précautions avant de proposer des exercices de musculation à un jeune public. Comme il est coutume de le faire, il est important d’avoir un certificat du médecin traitant attestant que l’enfant peut effectuer le sport choisi ainsi que les différents entrainements nécessaires.

Il est aussi important de choisir des exercices en fonction de l’âge du groupe d’enfant à entrainer mais aussi en fonction de chacun. En effet, que ce soit avant ou pendant la puberté, chaque enfant est unique et aura donc une réaction différente face aux exercices.

Il faut aussi être à l’écoute des enfants, il faut s’assurer qu’il dispose d’une bonne hygiène de vie en dehors et rappeler aux parents qu’il est important pour les préparer aux entrainements qu’ils aient un nombre suffisant d’heures de sommeil, mais aussi une alimentation variée et équilibrée.

Il est aussi important de respecter les nombres d’heures d’entrainement de musculation par tranche d’âge et par compétences.


Quel exercice proposer à un jeune public ?

Sur le jeune public, on constate 9 différentes phases qui sont nommées différemment d’un professionnel à un autre. Mais on peut les différencier en pic de croissance ou en termes de puberté.

Il existe donc les enfants ou les prépubères ou encore appelés le public avant le pic de croissance. On fixe généralement le pic de croissance aux environs de 12 ans mais bien entendu tout dépend de l’enfant.

Donc avant cet âge, il est conseillé de choisir des exercices ludiques basés sur l’utilisation du poids du corps de l’enfant comme dosage. On peut privilégier les exercices de vitesse et utiliser des accessoires légers au sol pour que l’enfant puisse varier les plaisirs et surtout qu’il prenne plaisir à réaliser les exercices.

Arrivé à la puberté, les exercices vont normalement changer et s’intensifier, cependant il est nécessaire que le gros des techniques soit bien assimilé par l’enfant (adolescent) et les exercices doivent être particulièrement encadrés afin de s’assurer qu’ils soient bien réalisés.

Enfin, aux alentours de 16 ans, des exercices plus ciblés pourront avoir lieu comme par exemple le travail sur les abdos ou les muscles des cuisses. À cet âge, le jeune athlète commence à doucement faire place à l’adulte. Cependant il faut tout de même écouter le développement de chacun et proposer un programme spécifique en cas de surpoids.

 

Aujourd’hui, la musculation prend une place de plus en plus importante dans les entrainements car elle est nécessaire. N’oublions pas que jusqu’à récemment, certains pensaient que le basket faisait grandir. 

 

 

Retour
Autre contenu