Focus sur sarbacane, ce sport méconnu

Dans le sport, il est souvent difficile de trouver de trouver une discipline qui permette de réunir tous les types de personnes que ce soit des enfants ou des séniors, des hommes ou des femmes, des sportifs de haut niveau ou des sportifs handisport. Pourtant, la sarbacane, qui est en plein essor dans l’hexagone, y parvient pour le grand plaisir de ses initiés.

L’histoire de la sarbacane

La sarbacane est connue dans le monde depuis la nuit des temps. Initialement, elle fut utilisée comme une arme parmi de nombreux peuples et tribus à travers le monde. En France cependant, elle ne semble pas avoir était utilisée comme telle du moins à ce qui l’apparait dans l’histoire de notre pays. Pour certains et selon son utilisation, la sarbacane pouvait se montrer mortelle. Si initialement une sarbacane est construite en bambou ou dans d’autres matériaux naturels pouvant être mis en forme de tube, aujourd’hui avec son arrivée dans le monde du sport elle a rencontré quelques modifications. Elle se présente sous forme de tube en aluminium de 122 cm.

On constate que la sarbacane est devenue un sport aux alentours du 19ème siècle. En France, on peut en retrouver la trace du côté de St Etienne sous le nom de « Jeu de souffle ». Aujourd’hui, cette activité sportive s’est rependue dans tout l’hexagone mais pas seulement, on retrouve des fédérations de sarbacane un peu partout en Europe et parfois même dans le monde.   


À qui s’adresse ce sport

Comme nous l’avons vu en tout début, la sarbacane bien que considérée comme une arme est un sport qui est ouvert à tous. La limite d’âge pour commencer est de 6 ans. Ensuite, il n’y a que très peu de réglementations en termes d’âge ou d’obligation physique.

Une personne de 65 ans en fauteuil roulant peut tout à fait concourir. Ainsi qu’un jeune athlète de football de 25 ans. D’ailleurs, selon le niveau, les personnes qui sont amenées à se rencontrer peuvent être très différentes. Ainsi un sportif handisport peut tout à fait concourir contre une personne valide et peut complètement ressortir vainqueur puisque le principe est d’être précis.  

D’ailleurs il en va de même pour le rapport homme/femme, rien n’est interdit donc la sarbacane est un sport pour tous où tout le monde peut se mettre en compétition.


Y a-t-il des bénéfices à pratiquer la sarbacane ?

De plus, malgré ce que l’on peut croire, la sarbacane montre d’énormes avantages sur le plan physique. Premièrement, la sarbacane permet de se muscler les pectoraux et améliore la respiration pulmonaire. De même pour les muscles abdominaux et la respiration abdominale.

Cette activité est aussi reconnue excellente que ce soit pour la circulation sanguine et le transit intestinal. On lui reconnait aussi un bénéfice certain pour la concentration. En effet, il est nécessaire pour réussir dans cette activité de se rappeler les bonnes positions, des méthodes de souffle, etc.

 On remarque aussi que la pratique de la sarbacane est particulièrement apaisante et antistress.


Y a-t-il des compétitions de sarbacane ?

Il existe de plus en plus de compétitions de sarbacane sur l’hexagone. Certaines même ont des dimensions européennes. De plus en plus aussi de tournois amateurs prennent place. Pour connaitre les dates, il faut se rendre directement sur le site de la fédération française de sarbacane ou encore auprès de la fédération handisport.

Un tournoi fait aussi couler beaucoup d’encre : celui d’Antibes ou encore celui du Mans.  


Où pratiquer de la sarbacane ?

En France, il est possible de pratiquer cette activité dans un club.D’ailleurs, au cours des dernières années les inscriptions ont simplement explosé. Certains sont même passés de 7 à 127 adhérents voire même plus. En France à l’heure actuelle, on compte 1117 adhérents.On constate aussi que ce sport est de plus en plus pratiqué par les jeunes que se soit à l’école ou lors d’activités récréatives.Bref, la sarbacane est un sport qui utilise beaucoup de valeurs et notions qui sont propres au sport et qu’il est très agréable de pouvoir retrouver. A suivre donc.

Retour
Autre contenu