Entraîneur : comment se comporter sur le banc de touche

Le coach représente son équipe à tout moment et surtout sur le banc. Durant un match, c’est de là qu’il observe, dirige et vit le match. Pourtant, certains n’ont pas forcément la bonne attitude, trop immergés dans le jeu. Alors quelle est la bonne attitude à adopter ?

On respecte les joueurs, les arbitres et l’adversaire

Lors des matchs, l’entraîneur se doit d’être respectueux envers les gens qui l’entourent. Une bonne attitude est donc de mise : on n’insulte ni l’adversaire ni les arbitres. L’entraîneur doit avoir malgré l’intensité du match une attitude calme et posée, car après tout c’est lui qui montre l’exemple au joueur. Ainsi, à l’issue d’une rencontre, il est opportun pour un entraîneur de serrer la main de ses adversaires. Voici quelques exemples à ne pas reproduire : le coach Wenger est bien connu pour ne pas maitriser sa main, il a souvent quitté le terrain sans la serrer à ses homologues tels que Sam Allardyce, Jardim, Jose Mourinho. De même, certains entraîneurs s’en prennent aux arbitres de manière verbale voire de manière physique ; on garde en mémoire une regrettable affaire à Nice durant laquelle un arbitre s’est retrouvé roué de coups par un entraîneur et 7 joueurs de 14-15 ans lors d’un match. L’arbitre avait même perdu connaissance. Ces comportements sont tout simplement inacceptables et très dégradants pour l’image des entraîneurs.

On montre l’exemple

Un entraîneur se doit d’avoir une hygiène de vie irréprochable sur le banc de touche. Ainsi, la cigarette est par exemple naturellement proscrite. L’entraîneur représente le club. Si cela peut paraitre normal pour certains, ce fait ne l’est pourtant pas pour tous. L’entraîneur Christoph Daum est connu notamment pour officier sous l’effet de la cocaïne. Maurizio Sarri, entraîneur de Chelsea, qui en est à manger ses cigarettes durant les matchs a aussi créé une certaine polémique.

Rien ne sert de hurler

Un entraîneur doit prendre le temps de regarder les matchs. Hurler du début à la fin n’est en aucun cas productif que ce soit pour l’équipe, les supporters ou l’équilibre du jeu. Au contraire, si l’entraîneur passe son temps à crier au lieu d’observer, il risque fort de déconcentrer son équipe et de créer des occasions à l’équipe adversaire. Il est donc important de se contenir afin d’analyser la situation et de pouvoir faire un briefing clair et serein à la mi-temps.

Non il n’y a pas tout à revoir

L’important en restant calme et concentré est de pouvoir analyser le jeu qui se déroule sous les yeux de l’entraîneur. Ce n’est certainement pas durant le match qu’il faudra reprendre tout l’entraînement. Il est ainsi important de ne pas proposer aux joueurs toute une liste de points à revoir, il faut au contraire se pencher sur 2 ou 3 points importants et trouver une solution. Par exemple, si la défense n’est pas assez dynamique, il faut donner des conseils rapides est simples à mettre en place sur quelques points. Le reste servira durant l’entraînement.    

On ne répond pas aux attaques

Comme nous l’avons vu, le climat durant un match peut rapidement devenir tendu et l’entraîneur peut être pris pour cible que ce soit par les supporters, l’équipe adverse, les parents et même les joueurs. Il est important de garder son calme du début à la fin du match. Répondre à des attaques n’aiderait en rien ni le jeu, ni l’issue du match. Bien au contraire, cela amènerait à une zone de tension beaucoup plus importante qui pourrait se solder par une bagarre générale. On peut sur ce sujet prendre comme exemple Raymond Domenech qui, lors d’un match de coupe du monde, a su garder son calme face à un Nicolas Anelka qui lui a lancé « Va te faire enculer, sale fils de pute ! ». L’entraîneur à juste sorti le joueur sur le coup et a réglé le problème plus tard. Bel exemple de contrôle de la part de Domenech.

Ce n’est pas que la faute des joueurs

L’entraîneur doit aussi éviter de tenir son équipe responsable d’une défaite. Cette attitude est totalement contre productive. Si le résultat n’est pas à la hauteur des attentes tant su point de vue de l’entraîneur que du club et des joueurs, c’est un problème d’équipe. Entraîneur et joueurs ont travaillé ensemble, c’est donc une responsabilité globale, l’entraîneur autant que les joueurs doivent se remettre en question. Thierry Henry est d’ailleurs dans ce domaine l’exemple à ne pas suivre. Après une série de défaites, il avait déclaré à la presse vouloir faire le tri car les causes des mauvais résultats de Monaco étaient, selon lui dus à « des mecs qui ne pensent qu’à leur gueule ». Finalement les dirigeants du club en ont décidé autrement et c’est lui qui sera suspendu.


L’entraîneur est la représentation de l’équipe, c’est un modèle, son attitude sera calquée par ses joueurs et les supporters. Il doit donc avoir une tenue parfaite sur le banc de touche.


Pour éviter tout dérapage, l'organisation des matchs est primordial. Facilitez cela avec Spond ! Spond est une application spécialement conçue pour faciliter l'organisation de votre équipe de foot. Comment ? Rien de plus simple ! Tous les échanges entre les entraîneurs, capitaines, joueurs et leurs parents sont sur une seule plateforme. Vous gagnez du temps, facilitez la communication avec les joueurs et leurs parents et rendez votre vie bien plus facile ! Alors tenté ? Téléchargez l'application Spond ici > 

Retour
Autre contenu