Conseils pour entraîner votre propre enfant

Que vous soyez un entraîneur expérimenté ou que vous donniez simplement un coup de main une fois par semaine, entraîner votre propre enfant implique de nombreuses complications. Être impartial est l'un des facteurs les plus importants à prendre en compte lorsque vous vous trouvez dans la position de coacher votre propre enfant. Comment les entraîneurs peuvent-ils être à la fois efficaces et équitables quand il s'agit de travailler avec leurs proches? Voici quelques pistes de réflexion :

Assister le développement de votre enfant et veiller à ce qu'il s'amuse est déjà un processus assez difficile… Alors imaginez si vous avez votre enfant et toute une équipe à gérer à la fois ! Selon l’entraîneur Jean-Michel Cavilli, père de Johan Cavilli, qu’il a coaché un peu plus de deux saisons, entre Créteil et Nîmes : « On ne peut pas considérer qu’on entraîne un "fils". Le mot "fils" ne fait pas partie du vocabulaire d’un entraîneur. Parce que si vous commencez à penser que c’est votre gamin que vous entraînez, vous ne vous en sortez plus…  ». Il est essentiel de ne pas offrir de traitement spécial à votre enfant. C’est votre règle d’or ! Qu’il s’agisse de jouer à son poste préféré ou de remplacer un joueur pendant un match, vous ne devez pas faire de traitement de faveur. D'un autre côté, il est également important de ne pas trop critiquer votre enfant lorsqu'il commet une erreur (ce qui devrait être le cas pour tout jeune joueur). Voyons donc de plus près certains des points à prendre en compte lorsque votre propre enfant fait partie de l’équipe que vous entraînez :

 

1/ Établissez des limites entre vous et votre enfant

Il est important de s’asseoir et de discuter de la situation entre vous avant même le début des entraînements. Les jeunes enfants seront certainement enthousiastes à l’idée de s’entraîner avec vous. Les adolescents par contre risquent d’être plutôt inquiets de voir leur mère ou leur père fréquenter régulièrement leurs amis et coéquipiers. Il est vital, dans les deux cas, d’expliquer à votre enfant ce à quoi il doit s’attendre. Il est également suggéré aux parents/entraîneurs de définir des limites quant à la manière dont vous allez interagir avec votre enfant pendant les séances d’entraînement et les matchs. Cela vous évitera de créer des situations difficiles à gérer devant toute l’équipe.

 

2/ Parlez aux autres parents

La communication avec les parents est cruciale pour tout entraîneur, mais peut-être encore plus pour ceux qui gèrent leur propre enfant. Expliquez aux parents comment vous vous y prendrez tout au long de la saison, ainsi que ce que vous attendez des joueurs eux-mêmes. Nous vous suggérons également de faire participer les autres parents autant que possible, même pour aider à des tâches mineures, telles que fournir des collations ou prendre des photos les jours de match.

 

3/ Répartissez le temps de jeu équitablement

La majorité des équipes sportives pour enfants ont été créées pour offrir aux jeunes une forme de plaisir et d’activité physique. Il est donc important que les entraîneurs accordent aux joueurs un temps de jeu équitable. Donnez à toute l'équipe la même chance de jouer. Chaque joueur doit pouvoir s’exercer dans différentes positions sur le terrain.

 

4/ Laissez votre rôle de parent à la maison

Il est facile de laisser les problèmes de comportement qui se posent à la maison dériver dans votre entraînement. Alors n'oubliez pas de mettre de côté de tels schémas lorsque vous vous présentez sur le terrain. C’est plus facile à dire qu'à faire ! Faites bien attention au langage que vous utilisez lorsque vous menez vos entraînements et vos matchs. Assurez-vous également de traiter chaque joueur de la même manière, en ne renforçant pas vos propos ou votre comportement de manière positive ou négative avec votre enfant. Cela risquerait de semer la confusion parmi le reste de l'équipe.

 

5/ Laissez votre rôle d'entraîneur sur le terrain

Oublier votre rôle de parent lorsque vous êtes sur le terrain est tout aussi important que de revenir à votre rôle de parent lorsque vous êtes à la maison. Bien que les critiques constructives soient acceptables en tant qu’entraîneur, vous ne devriez pas revenir sur vos matchs et entraînements à la maison. De plus, les entraîneurs devraient éviter d’ajouter des exercices supplémentaires dans le programme de leur enfant pour leur donner « un coup de pouce ». Les jeunes n’ont pas besoin de plus de contrôles à la maison que ce qu’ils ont déjà.

Retour
Autre contenu