Comment devenir éducateur football ? Partie 3
Au cœur d'une certification fédérale (CFF1-CFF2-CFF3)

Pour rappel, il existe 4 certificats fédéraux, CFF1 (U9-U11), CFF2 (U12-U14), CFF3 (U15-Seniors) et CFF4 (projet associatif et sportif) d'une durée de 32 heures par module qui peut être découpé en session de 2x2jours ou sur 4 jours consécutifs.

Pour pouvoir suivre et certifier les modules faits dans les districts ou les ligues, certaines conditions doivent être réunies :

  1. Être licencié et majeur au moment de la certification
  2. Avoir suivi les modules que l'on souhaite certifier
  3. Avoir fait un rapport de stage avec 5 séances dont 2 dans la catégorie concernée par la certification


Le processus des certifications terrain sont les mêmes, mis à part le CFF4 qui est un projet donc oral.

Une certification se passe en deux temps :

 

  • 15 minutes d'évaluation + 15 minutes de retour sur le passage pédagogique sur le terrain
  • 2 fois 15 minutes où est évoqué le rapport de stage et un entretien de motivation

 

Conduire un projet de formation jusqu'à la certification

 

Pour arriver avec le maximum de chance de réussir sa certification, il faut avoir été au contact de la catégorie. Ceci semble logique dans la tête d'un recruteur tant les pédagogies d’entraînement différentes d'une catégorie à une autre.

 

Voici quelques conseils pour préparer son projet de certification :


 

Il apparaît que lorsqu'on reçoit son thème en même temps que la convocation, une période de stress commence car il y a une échéance. 

 

  • Choisir un tuteur diplômé et qui est là pour nous consacrer du temps. Si aucun retour avec aucune correction, par expérience, nous savons que certains choisissent des tuteurs qui fermeront les yeux et signeront le rapport de stage, soyez rigoureux à ce niveau.

 

  • Mettre en place ses exercices et les pratiquer à plusieurs reprises si possible. Certains trouvent des séances dans les livres ou sur Internet sans les avoir expérimentées. On n’est jamais à l'abri d'une surprise et vivre l'exercice peut permettre de réfléchir à un moyen d'adapter l'exercice si l'effectif n'est pas conforme au nombre prévu.

 

  • Une propreté et une clarté du rapport de stage. Plus c'est soigné, bien écrit, bien illustré, plus on prendra plaisir à regarder. On sanctionnera plus facilement un travail bâclé sachant que l'objectif d'un rapport dans un club est de pouvoir être lu par tout le monde.

 

  • Respecter les thématiques de séances, pour être crédible et cohérent. C'est un moyen de savoir pour l'examinateur que vous savez concevoir une séance. Un exemple : travailler des situations de dribbles sur une thématique de passe.

 


Quelques conseils pour le jour J


Vous allez passer dans un ordre qui peut être aléatoire, par ordre croissant des certifications, ou par ordre alphabétique.

 

  1. Avoir un chrono, un sifflet et une chasuble de couleur différente de tout le monde, l’entraîneur se démarque du groupe. S’il y a des chasubles bleues et jaunes, mettez du noir. Attention également aux couleurs des gardiens.

 

  1. Penser que si votre investissement dans les passages des autres est scruté, plus vous vous appliquez, plus ils s'appliqueront. C’est un objectif commun, la certification est aussi un bon moyen de sélectionner quelques joueurs clés pour votre exercice. C'est aussi un bon moyen de repérer les erreurs commises sous le stress et d'avoir la lucidité dès le départ à les corriger.

 

  1. Politesse, humilité, sourire, sérieux,… pour la certification pensez que vous n'êtes pas seul. Vos partenaires doivent y mettre de la bonne volonté. On a tous connu le coach qui cherche à se mettre en avant et qui critique le passage des autres. En règle générale, son passage se passe plutôt mal.

 

  1. C'est mon tour, j'ai 15 minutes pour préparer mon passage. J'installe, je prends du recul, je relis ma fiche, les évolutions, les corrections, je mémorise les dernières infos que le stress peut me faire oublier pendant mon passage. Je prépare mes chasubles...

 

  1. Mon passage : Je regroupe rapidement l'ensemble de mes joueurs. Ils sont dos au soleil. Si c'est le cas, je donne la thématique, je donne le contenu (jeu, situation, exercice…). Je donne rapidement les chasubles si besoin et je répartis rapidement les joueurs au poste ou sur la surface de jeu. Je donne les limitations et les règles du jeu, les rouages du cheminement si c'est un exercice ou une situation. Je dois démontrer !!! vous avez moins d'1m30 pour mettre en route explications incluses.

 

En règle générale, vos joueurs ne pratiquent pas assez. Soyez clair dans les consignes et ce que vous attendez. Soyez exigeant notamment sur les situation et exercices. N’hésitez pas à corriger si le geste n'est pas au rendez-vous.


Concernant les situations : comme l’idée était de sélectionner son équipe, par exemple je suis sur une phase thème offensif, je mets les meilleurs joueurs en attaque. Vous pouvez aussi complexifier ou simplifier selon le degré de réussite. Cela démontre aussi que vous avez de l'analyse de la situation lors du retour avec l’examinateur.

 

Les corrections sur le jeu. Laissez jouer pour voir si vos joueurs vont comprendre ce que vous attendez. Après quelques minutes, si le résultat n'est pas au rendez-vous, stopper le jeu ; « on appelle cela un stop

flash ». L'objectif est de les faire réfléchir pour trouver la solution devant une problématique (ex : pourquoi on ne marque pas assez ?). Interrogez les joueurs. Ils savent très bien ce qui cloche en générale. Le stop flash c’est 30 sec max 45 sec s’il doit y avoir une explication, l'objectif, c’est qu'ils jouent et corrigent derrière après votre intervention. Vous avez identifié le problème et incité les joueurs à trouver une solution !

 

Les exercices techniques doivent être clairs et carrés, avec les gestes que vous avez démontrés. Il faut avoir une exigence envers vos joueurs. Redémontrer à plusieurs reprises, complexifier ou simplifier si besoin selon la réussite.

Dans tous les cas, vous avez une pédagogie à adapter. Dans les parties analytiques, vous devez adopter une pédagogie directe. « Je montre donc j’exige » alors que sur les parties jouées, une pédagogie adaptative ou active, on laisse les acteurs faire et on corrigera pour améliorer un rendement sous opposition.

Dans tous les cas, soyez positif, encouragez la réussite, remotivez suite à l’échec avec une parole positive.

Une des erreurs les plus fréquentes : j'ai un thème offensif, je dois corriger la partie offensive et non l'intervention du défenseur.

La gestion du chronomètre est importante sur les évolutions comme les stop flash ou la fin d’exercice. Respectez le timing.

Moins d'une minute avant la fin des 15 minutes, stoppez tout, regroupez vos joueurs et questionnez-les sur le rappel du thème. L'objectif de recherche pour une réussite.

Remerciez votre groupe et demandez-leurs de ramasser le matériel. Fin du passage


Retour sur votre passage avec l’examinateur

 

En règle générale, l’examinateur n'est pas là pour vous induire en erreur. Il connaît le stress que le passage engendre et va chercher à vous mettre dans des bonnes dispositions sous forme de question ouvertes. 

Qu’es-tu as pensé de ton passage ? »

Il va chercher à comprendre votre raisonnement sur l’évolution du jeu par exemple. Il va vous orienter sur une correction qui aurait pu être apporter et/ou sur une évolution, l'objectif est la recherche de réflexion.

En cas d'erreur flagrante éliminatoire, il va vous orienter pour que vous pussiez l'identifier vous-même. Dans ce cas, vous avez déjà une idée du résultat.

La suite de l'entretien peut également être orientée sur votre expérience en club, équipe niveau, encadrement...


Pour le passage pédagogique, il y a une grille assez simple avec des exigence requises pour l'obtention avec

des cases éliminatoires.

 

Le rapport de stage et l'entretien de motivation


Le rapport de stage et retour pédagogique avec le tuteur est évalué sur 15 minutes, durant lesquelles on explique la démarche d’entraînement. Ex : je prépare mes séances dans ma catégorie, sur quoi je me base (programmation), fonctionnement avec mon tuteur, si on a relevé des problèmes particuliers pendant les séances ou le suivi.

 

Je pense qu'à titre individuel, ce qui n'ont rien fait par eux-mêmes mais on un talent d'acteur arrivent à se sortir à peu prêt sans encombre de l'entretien car on peut raconter n'importe quoi. Les évaluateurs ne connaissent pas notre quotidien, sauf s’ils connaissent bien le club ou la structure. Ils savent et connaissent très bien les clubs et le fonctionnement. Et pour moi, le jeu n’en vaut pas la chandelle car on est vite catalogué dans le football.

 

L’entretien de motivation est plus une mise en lumière de son parcours. C'est aussi pour apprendre à connaître la personne derrière l'éducateur et les objectifs souhaitées. Un éducateur doit être un bon communiquant : c'est une manière d'échanger.


D'une manière globale, vous avez là des conseils et astuces pour passer une certification. Attention à la pédagogie, vérifiez bien que vos exercices correspondent bien aux catégories à certifier, notamment en termes de distance.

 Il y a encore pleins de petits rappels pour vivre vos certifications avec confiance.

 

Une bonne préparation fait un bon passage.

 

 

Retour
Autre contenu