10 erreurs à ne pas commettre pour faire évoluer un jeune joueur

Le football est un sport très plébiscité par le jeune public. En effet, on constate généralement que les clubs sont remplis de jeunes voire de très jeunes joueurs dès 4 ans. Malheureusement, on voit trop souvent que des erreurs sont commises sur la façon d’encourager ses jeunes joueurs et qui au contraire au lieu de les motiver les mettent en situation de démotivation voire leur faire perdre confiance en eux.

  1. Crier sur les joueurs parce qu’ils n’ont pas suivi un schéma tactique

Mettre une tactique en place est positif pour les enfants.Cependant, si l’enfant se fait réprimander parce qu’il ne l’a pas mise en place, il pourrait penser que la solution aux problèmes, que ce soit dans la vie ou sur le terrain, doit forcément être planifiée et anticipée, ce qui peut rapidement le mettre en situation de stress et même lui faire perdre confiance en lui-même. 


  1. Réprimander une initiative personnelle

Peu importe l’âge, un enfant a besoin de s’affirmer et de créer. Si vous réprimandez la créativité d’un enfant, vous risquez de créer un contexte négatif et de mettre l’enfant dans une zone de peur et de limiter sa créativité future.


  1. Forcer un enfant à apprendre un schéma tactique « par cœur »

Les enfants doivent déjà à l’école apprendre une dose importante de données par cœur, si vous les forcez à faire de même lors de ses séances de sport, vous impliquez que l’enfant n’a pas le droit d’être spontané. Au contraire, le message que vous renvoyez est que pour réussir il doit être procédurier et suivre les meneurs.


  1. Augmenter la dose de travail pour limiter les défaillances

Epuiser ou proposer des exercices trop durs à un enfant ne lui permettra pas de s’améliorer, bien souvent un surplus de travail mal amené va au contraire le mettre en opposition avec l’entraineur et lui donner l’impression qu’il n’est pas à la hauteur.


  1. Ne pas laisser un joueur s’exprimer

Il est important pour la construction d’un jeune footballeur et d’un jeune athlète en général de pouvoir exprimer tant ses doutes que ses certitudes sur ses compétences et sa discipline. Il est donc du rôle de l’entraineur de l’écouter afin que celui-ci puisse se sentir entouré et progresser. 


  1. Obliger un enfant à rentrer dans un moule

Un enfant par définition est en phase de créativité, il est important que l’adulte apprenne à le laisser être lui-même et ne le force pas à ressembler aux autres mais au contraire continue à tirer profit de ce qu’il peut apporter. L’entraineur doit donc tirer la meilleure partie de ses jeunes joueurs sans les obliger à rentrer dans un schéma stricte.


  1. Ne pas expliquer ses choix

Pour que le futur athlète puisse s’épanouir dans son sport, il est important qu’il comprenne ce qu’il se passe autour de lui et le pourquoi de certaines situations. La communication est primordiale au bon développement des jeunes sportifs et des jeunes en règle générale. Prenez donc le temps de bien expliquer ce que vous demandez et pourquoi. 


  1. Ne pas montrer ce que l’on attend

Le meilleur moyen de vous assurer que les jeunes en face de vous comprennent de quoi vous parlez est de leur montrer. Non seulement en leur montrant vous expliquezce que vous faites mais en plus, vous leur prouvez que vous demandez quelque chose de réalisable et non quelque chose d’abstrait.


  1. Oublier qu’il s’agit avant tout d’un moment plaisir

Que ce soit parents ou entraineur, bien souvent la compétition prend le dessus et on oublie que l’enfant est principalement là pour s’amuser et développer un sport plaisir. Au niveau des statistiques, peu de sportifs ressortent professionnels sur le nombre d’enfants qui pratiquent du sport dans l’enfance. Il ne faut donc surtout pas oublier que l’enfant est en premier lieu là pour s’amuser. 

Retour
Autre contenu